Le jeu de l’interview : le coach se livre

1 – Thibault , peux tu te présenter brièvement (situation perso, familiale, professionnelle).

Thibault MARTEL, 40 ans, divorcé, Papa de 2 petites filles Camille (14 ans) et Lalie (10 ans). Je suis actuellement à la recherche d’un emploi dans le commerce, le marketing ou la communication.

2 – Peux-tu nous dire comment as-tu découvert le poker ?

J’ai découvert le poker au début des années 2000 grâce à des amis gamers qui faisaient partie de ma team Counter Strike (le célèbre FPS (jeu de tir) online). J’ai ensuite expérimenté les parties entre amis et spew une centaine d’euros en mode fish sur Titan poker.com et Everest.com avant de délaisser totalement le jeu jusqu’en 2011. Quand je m’y suis remis, j’ai décidé de ne plus refaire les mêmes erreurs et d’apprendre à jouer correctement. J’ai commencé par acheter des livres et à m’abonner aux sites de coaching pour travailler l’approche mathématique du jeu. Mes résultats se sont rapidement améliorés et j’ai commencé à gagner des petites sommes en Sit n’ Go et MTT puis je suis passé au niveau supérieure, et, j’ai commencé le cash-game.

3- Comment vis-tu ta passion au quotidien ? Es-tu un adepte des tournois « Live » (Casino), du online ?

Je grind en moyenne 6 heures par jour en cash-game en NL20 et NL30 sur Unibet ou Partypoker. Je shoot actuellement la NL 50 (blinds 0,25/0,50) sur Pokerstars qui est la limite charnière entre les micros et les moyennes limites. En dehors de ce grind « serieux », je joue quelques tournois online sur Winamax, et, selon les périodes, je fais quelques mains de cash-game en micro limites (NL2 à NL10 Go fast). J’adore les tournois pour l’aspect compétition mais, pour l’instant ça n’est pas mon format préféré surtout en live où j’ai vite tendance à me faire ch*** (sauf au club où on est entre potes). Néanmoins je travaille de plus en plus mon jeu dans ce format pour essayer de rattraper mon niveau de cash-game.

4- As-tu quelques performances ou anecdotes à nous raconter ?

J’ai quelques win/places payées au Paz, une participation au FPS Paris mais pas de réelles perf. en live car je joue finalement assez peu pour les raisons que je vous ai évoqué en plus d’une gestion de bankroll très serrée. Online, j’ai aussi quelques win et places payées mais j’attends mon one time (de préférence sur un Winamax Series vu que je ne joue plus que sur Wina en MTT). Mes performances se situent plus en cash-game mais c’est évidement moins visible;)

Il y a 4 ou 5 ans alors que je grindais la NL 10, j’ai pris plusieurs bad beat à la suite, et, j’ai décidé de me refaire en NL 100 (blind 0,5/1 €). Je suis arrivé sur une table à laquelle était assis un certain Sylvain Loosli qui accédera peu de temps après en finale du main event des WSOP. Inutile de vous dire que je ne me suis pas refait bien au contraire : j’ai perdu 2 caves soit 200 balles en 10 minutes, j’ai éteins mon ordi et j’ai compris le chemin qu’il me restait à parcourir pour jouer ces limites.

5 – Hormis le poker, as-tu d’autres passions, hobbies ?

J’’adore jouer à Hearstone qui est un jeu de carte (oui encore) online sur lequel je passe pas mal de temps quand je ne joue pas au poker. Sinon j’aime la musique (j’ai été guitariste dans un groupe pendant pas mal de temps) et le cinéma.

6 – Comment as-tu connu le Ramjam Poker Club ? et peux-tu nous toucher un mot de ce club ?

J’ai vu naître le club car les créateurs (Guillaume, Chris, François & Mag) étaient des amis, mais, à l’époque j’avais délaissé le jeu suite à ma déconvenue sur les sites du .com. Mon cousin François « _Cis » Guislain me parlait régulièrement du club et quand j’ai repris sérieusement je l’ai contacté  pour rejoindre le Ramjam. J’ai rapidement été séduit par l’aspect convivial et fait connaissance avec des joueurs qui sont très vite devenus des potes (Benji, Vincent, Max, …). Quand le club a commencé à connaître des difficultés de fréquentation, et, que certaines tensions ont commencé à plomber l’ambiance, j’ai pris un peu de distance. Avec le recul et une meilleure appréciation du travail que nécessite la gestion d’un club de poker, je comprends mieux que certaines personnes aient pété les plombs jusqu’à en devenir désagréable et parfois agressif. Quand Patrick m’a appelé pour me proposer de faire partie de son équipe pour reprendre le club et insuffler une nouvelle dynamique j’ai tout de suite accepté. Je suis fier de ce qu’est devenu le club et du travail accompli depuis cette reprise.

7 – As-tu des suggestions, des idées pour rendre ce club encore plus attractif ?

J’aimerai qu’on propose un tournoi toutes les semaines mais ce n’est pas évident au niveau organisation.

Je pense également que l’amélioration du niveau de jeu doit être une priorité pour attirer les passionnés et autres grinder online qui associent trop souvent le poker associatif à un niveau de jeu faible. Pour avoir croisé de nombreux joueurs de clubs et de casino, je peux vous dire que le niveau du RJPC est plutôt honorable mais il reste une belle marge de progression pour devenir une vraie team de sharks. Évidement les débutants et les récréatifs seront toujours les bienvenus car il faut bien commencer un jour, et, l’objectif n’est pas non plus de devenir un club d’élites. A ce sujet, il faut aussi que les meilleurs d’entre nous aident les joueurs débutants à s’améliorer car, à ce jeu, plus on progresse plus il y a de stratégie et plus c’est intéressant.

J’aimerai aussi qu’on mette en place une compétition « Cash Game » pour donner du sens aux parties qui s’organisent lors des éliminations des tournois. Actuellement ces tables sont FUN (faut l’avouer ça déconne sévère) mais peu de jammeurs restent après leur élimination car il n’y a pas d’enjeu ni de compétition.

J’ai plein d’idées mais celles que je viens d’évoquer me paraissent réalisables à court ou moyen terme.

8- 3 ou 4 joueurs du RJPC en quelques mots…. tu me dis qui et quoi ???

Le dévouement de Patrick (Patrickv59), l’esprit d’équipe de Jimmy (JB59JB59), l’espièglerie de Ludivine (Lulujol) et le bro Vincent (Finalmoon) mon teammate et partenaire de grind.

9- Et pour conclure cette interview, quels sont tes objectifs pour cette saison 2017 ?

Je ne peux pas vous donner mes objectifs chiffrés en cash game mais m’installer en NL100 (Blinds 0,50/1 €) d’ici la fin 2017 me semble jouable. Les plus perspicaces feront les calculs;)

En tournoi, mon objectif est identique à 2016 :

– Me qualifier pour le Winamax Club Trophy (ça c’est fait)

– Vu que l’objectif de qualification pour le WCT est réalisé, je me donne l’objectif de me qualifier pour Dublin car l’ami Thomas m’a fait rêver avec son deep run sur le Wipt. Avec Vincent, nous allons donner notre maximum pour hisser le club le plus haut possible dans la compétition par équipe et pourquoi pas faire aussi bien que Cédric et David il y a 3 ans.

– Gagner un tournoi majeur de Winamax (Cocktail, Cinq majeur, Digestif, WS, …)

– Faire au moins une table finale sur le championnat live RAMJAM

Ça me semble déjà pas mal pour cette année.

Comments are closed.